L’expérience collaborateur au cœur de la marque employeur

Dernière mise à jour : 7 juin

En marque employeur, il y a 2 façons de prendre les choses en mains :

  • Soit on décide de mettre en avant l’image de l’entreprise. On travaille avant tout sur l’étiquette et sur la réputation de l’entreprise elle-même.

  • Soit on décide de travailler d’abord en profondeur, sur le cœur et le projet de l’entreprise. On met la priorité sur les valeurs et sur ce qui fait son succès aujourd’hui : ses hommes et ses femmes, son environnement et sa raison d’être.

Pour ma part, je prends le parti d’une célèbre pub : « Actif à l’intérieur et ça se voit à l’extérieur ! ».


Alors, avant de miser sur l’« expérience candidat », pourquoi ne pas miser sur l’ « expérience collaborateur » ?


Quels sont les avantages : REACTIVER L’ENGAGEMENT DE VOS COLLABORATEURS !


Entre les confinements successifs, la démocratisation du télétravail, le retour hybride au bureau, et les difficultés de recrutement… il devient indispensable d’adapter les stratégies RH aux besoins des collaborateurs.


Mais avant tout de réfléchir à une démarche gagnant-gagnant entre dirigeants et collaborateurs pour obtenir une situation pérenne dans le temps.


L’amélioration de l’expérience collaborateur se décline sur 3 niveaux :




1. Le collaborateur lui-même :

Le 1er axe de l’amélioration de l’expérience collaborateur passe par le collaborateur lui-même. Améliorer l’expérience collaborateur passe par un collaborateur qui se sent bien dans ses baskets, qui prend soin de lui, de sa santé, physique et/ou psychique.


Si le collaborateur n’est pas en phase avec lui-même, alors il sera difficile de construire une expérience de qualité même s’il a des supers collègues ou un environnement de travail au top.


Il s’agira donc de mettre en place des expériences pour favoriser son bien-être et son développement individuel :


Pour se faire, on peut travailler sur :


  • Sa santé physique et mentale : via la mise en place d’activités sportives, l’évaluation du stress et de la fatigue du collaborateur par exemple.

  • Les risques psycho-sociaux : on pourra évaluer la charge mentale, mettre en place des ateliers de prévention et de sensibilisation aux risques professionnels.

  • Son développement personnel et professionnel par le biais de formation ou d’atelier de développement personnel

  • L’équilibre vie pro et vie perso, accentué notamment avec le développement du télétravail ces derniers mois : accord de télétravail, droit à la déconnexion, aménagement des horaires de travail …

Un collaborateur heureux sera un collaborateur efficace, dans son rapport avec les autres et sur son poste de travail.


2. Le collaborateur et sa relation avec les autres

Dans une démarche d’expérience collaborateur, une fois considérée la situation du collaborateur, il est question de s’interroger sur le collaborateur et sa relation avec les autres : le collaborateur autour de lui et son rapport à l’autre.


Avec la réorganisation du travail qui s’est opérer ces derniers mois, il a fallu récréer du lien entre les collaborateurs et réévaluer les façons de fonctionner en groupe. La question de comment transmettre la culture d’entreprise à distance se pose.


L’amélioration de l’expérience collaborateur dans sa relation avec les autres va alors passer par :

  • La création ou le développement de lien social et la façon de proposer des événements de cohésion ou de motivation ou la création d’espace d’échanges dédiés, …

  • Le management et les process d’évaluation, ou comment assurer la proximité entre les collaborateurs.

  • Le travail collaboratif et transversal avec la mise en place d’outils de collaboration

  • Les enjeux de communication, l’accès à l’information et le niveau de transparence : les freins au travail collectif étant souvent marqués par un manque de visibilité, de clarté et de connaissance des différents enjeux ou des rôles de chacun dans l’entreprise.

3. L’environnement du collaborateur

En dernier point, il convient de se questionner sur le collaborateur dans son environnement de Travail : au bureau, chez soi, en 1/3 lieu, etc…


Une bonne expérience collaborateur passe enfin par la nécessité d’avoir un environnement de travail adéquat et propice aux bonnes conditions de travail.


Cela prend en compte :

  • L’environnement de travail lui-même avec la facilité d’accès au poste, sur place ou à distance mais aussi comment le collaborateur s’y sent en sécurité (« Save at work »)

  • L’espace de travail avec la création d’espaces de confidentialité, ou une attention portée au confort acoustique ou thermique du poste, ou à la qualité de l’air, …

  • Le poste de travail : et une réflexion portée sur le confort ou la qualité du matériel …

  • L’organisation hybride et l’accès aux outils en tous lieux, l’accès aux données et aux informations, la gestion des plannings....



Le mieux-être individuel est indispensable à une bonne expérience collaborateur. Topé par le bien-être collectif dans un environnement adapté, tout cela génère à la fois performance et engagement et crée un cercle vertueux dont l’entreprise a besoin pour vivre et se développer.


Elle a besoin de maintenir ses emplois. Et on obtient cela avec des salariés motivés et engagés.

Un certain nombre d’outils existent. Mais leur utilisation reste indissociable de la mise en place d’une vision claire, d’objectifs bien défini et d’un management accompagné.

58 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Image de Corinne Kutz

Vous avez adoré cet article? 

N'attendez plus,

Inscrivez vous ! 

  • Black LinkedIn Icon
  • Black Facebook Icon